• Le Temps D'aimer Et Le Temps De Mourir (1958) Multi HDLight 1080p x264

    Le Temps D'aimer Et Le Temps De Mourir (1958) Multi HDLight 1080p x264

    https://media.senscritique.com/media/000018248659/source_big/Le_Temps_d_aimer_et_le_Temps_de_mourir.jpg

    https://www.picclickimg.com/d/w1600/pict/153094630659_/Affiche-TEMPS-DAIMER-ET-LE-TEMPS.jpg

    https://www.malrauxchambery.fr/wp-content/uploads/cache/Le-Temps-d-aimer2-1024x350.jpg

    tp.png
       
    information_film.png
       
    Origine : U.S.A.
    Réalisateur : Douglas Sirk
    Acteurs : John Gavin, Liselotte Pulver, Jock Mahoney, Don DeFore, Keenan Wynn
    Genre : Drame, Guerre, Historique
    Durée : 2h 13min
    Date de sortie : 16 Janvier 1959
    Année de production : 1957
    Titre Original : A Time to Love and a Time to Die
    Note spectateurs : 45.png
    Note presse : 50.png

    https://nsa40.casimages.com/img/2019/10/12/191012124949435281.png    https://nsa40.casimages.com/img/2019/10/12/19101212504262882.png

    https://www.notrecinema.com/

    https://www.imdb.com/

    synopsis.png

    https://tel.img.pmdstatic.net/fit/http.3A.2F.2Fimages.2Eone.2Eprismamedia.2Ecom.2Fprogram.2F4.2F0.2F8.2Fc.2F6.2Fb.2F5.2Fa.2F8.2Fc.2F7.2F9.2F1.2F3.2Fa.2F9.2Ejpg/690x385/crop-from/top/quality/80/le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir.jpg
       
    1944. Alors qu'il revient dans sa ville natale pour une permission de trois semaines, Ernst Graeber, jeune soldat allemand envoyé sur le front russe, rencontre Elisabeth Kruse, dont il tombe amoureux. Mais la guerre qui continue va bouleverser leur histoire...

    http://image.tmdb.org/t/p/original/7my8QVk9N7BhJwpHgu1uKL8cFAl.jpg

    Critique

    Traiter la guerre, c’est se confronter à une barbarie universelle. Qu’un film américain choisisse le point de vue des allemands, comme l’a fait Peckinpah dans Croix de Fer, en est une preuve.

    Mais un détour par le parcours de Douglas Sirk est nécessaire pour comprendre les intentions de son œuvre : fuyant l’Allemagne en 1937 (une année qualifiée d’exceptionnelle lorsqu’on ouvre une bouteille, l’occasion d’une jolie réflexion sur le fait qu’on devrait connaitre l’histoire aux crus d’exception d’avantage qu’aux dates de conflit), il y laisse son fils qui sera tué sur le front russe en 44. Lors d’un bref retour en Europe à la fin de la guerre, il tentera de retrouver des traces de son histoire, dont ce film est, en un sens, une version romanesque. Cette recherche d’une période perdue irrigue tout son projet, placé résolument sous l’égide du temps.

    Le temps de la permission, le temps suspendu de l’éclosion amoureuse, les tentatives d’aller au-devant de sa durée (par un mariage précipité, par exemple) n’y font rien : on ne quitte jamais la guerre.

    Le sentiment d’urgence permet l’émergence du récit : puisqu’il s’agit pour Ernst de dépenser en deux semaines trois années de soldes, il lui sera donné une vie entière sur un temps restreint. On croit, un temps, que certaines marques permettent la transfiguration : après, tout, l’incendie d’un bombardement a bien permis le fleurissement prématuré d’une branche (et l’épanouissement conjoint d’un technicolor inimitable) et le papier issu du mariage peut être le moyen de sauver une vie. Dans cette Allemagne à la fois belliqueuse et agressée, chacun vit : on boit, on danse dans les caves sous les bombes, et l’on se serre les coudes, du bon ou du mauvais côté de la morale. Dans chaque sphère, un relais : chez les civils, le chorryphée anonyme qui gère les messages de détresse sur les portes ; chez les soldats blessés, Ernst dont les amours permettent un espoir par procuration à ses camarades de chambrée ; chez les nazis, un nanti qui souligne l’aveuglement de la puissance et l’opportunisme veule des individus.

    Pourtant, si le temps se dilate, le rétrécissement de l’espace tend à apporter un démenti aux illusions : les vastes espaces du champ de bataille encerclent un noyau dans lequel tout semble étriqué : les cages d’escalier où la logeuse épie, une chambre de bonne, les abris, et des lieux de divertissement qui finissent par être réduits en cendres.

    On ne quitte jamais la guerre : la vivre en couple, est-ce l’endurer avec plus de force, ou en ayant d’avantage à perdre ? Le pessimisme qui semble de mise, ingrédient fondamental du mélo gorgé de pathos, ne semble pourtant pas gangrené par le tragique. Parce qu’entre deux incendies, il y a eu la flamme. Parce qu’entre deux missions, il y aura eu la désobéissance pour les civils. Parce qu’on affirme clairement qu’il faudra que ce conflit soit perdu pour que la nation retrouve son âme.

    Parce qu’au sein du pays ennemi vu par Hollywood, on aura discerné des individus qui, à la faveur d’une permission qui leur aura donné le temps d’aimer, auront révélé leur humanité.
      
    information_upload.png
       
    Qualité : HDLight 1080p
    Format : mkv
    Audio : fr_FR.png True French, en_US.png Anglais en AAC 2.0 à 160 kbps
    Sous-titre : fr_FR.png True French
    Vidéo : x264 à 3000 kbps
       
    information_download.png
       
    Nom de la release : Le Temps D'aimer Et Le Temps De Mourir 1958 1080p FR EN x264 AAC-mHDgz.mkv
    Taille totale : 3060 Mo  en 1 fichier(s)

    https://uptobox.com/o9pxc1qv1lu2

    https://nsa40.casimages.com/img/2019/10/12/191012125308723810.jpg

    Liselotte Pulver


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter