• French Cancan (1954) VF HDLight 1080p x264 - Jean Renoir

    French Cancan (1954) VF HDLight 1080p x264 - Jean Renoir

    https://lh3.googleusercontent.com/proxy/DWkHA5ZZqYjw8gZlt1w2HZIwC99iPJXTk07iKbInIyQjBMux1fEunKTajukyXc9hDwHmqMGXh6bMi5RClu9Itn4g9AgDL9EZdBp1qMSnRoZy1mAhttps://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/9d640257-4447-4690-9a87-e142e03d5b26_2.jpghttps://fr.web.img5.acsta.net/medias/nmedia/18/36/23/66/18464434.jpg

    information_film.png

    Réalisé par : Jean Renoir

    https://nsa40.casimages.com/img/2021/07/22/210722034624170640.png
    Produit par : Franco-London Film  Jolly Film
    Genre : Chronique de la danse, Romance, Comédie, Drame
    Durée : 01:48:00
    Année : 1954
    Date de sortie en salle : Drapeau de la France 29/04/1955
    Pays : Drapeau de la France France/Drapeau de l'Italie Italie
    Avec : Jean Gabin , Françoise Arnoul , María Félix , Anna Amendola , Jean-Roger Caussimon, Dora Doll, Edith Piaf, Michel Piccoli

    https://nsa40.casimages.com/img/2021/07/22/210722034422646643.png

    http://php88.free.fr
     

    https://www.themoviedb.org

    https://nsa40.casimages.com/img/2021/07/22/210722054706650375.jpg

    synopsis.png

    https://pbs.twimg.com/media/Dg-GxWJXcAAnvkt.jpg

    Montmartre 1900 : les petites ouvrières de la Butte, les lumières du "Moulin Rouge", les viveurs aux terrasses, les refrains populaires et les joyeux tourlourous... Un génial organisateur de spectacles, Danglard, règne sur ce petit monde : il a d'abord géré le "Paravent Chinois", puis la "Reine Blanche", où règne en vedette la "Belle Abesse", une plantureuse comédienne qui est aussi sa maitresse. Les financiers lui font confiance. Mais Danglard, en voyant gambader sur la Butte une petite blanchisseuse, Nini, a une idée : il veut relancer le cancan, vieille danse passée de mode qu'il rebaptise, à l'anglaise "French Cancan". Cela n'ira pas sans quelques déboires, car la jalousie de ses "muses" s'en mêle. Mais finalement, grâce aux dons de danseuse de Nini, au Prince Alexandre qui est amoureux d'elle et qui accepte de commanditer le spectacle, à la Belle Abbesse qui a fait taire ses rancœurs, à Casimir le fidèle bras droit et au Tout Paris accouru en foule, le French Cancan connaitra un triomphe au "Moulin Rouge".

    https://i.pinimg.com/originals/17/9a/03/179a035977f50dec8a94279ab54581bf.jpg

    Critique

    https://media.senscritique.com/media/000008660791/960/French_Cancan.jpg

    Après un exil qui l'aura vu bourlinguer du côté d'Hollywood puis de l'Inde ou encore de l'Italie, Jean Renoir revient en France, quinze années après La Règle du Jeu, pour y tourner French Cancan, nous emmenant dans l'univers Parisien du début du XXème siècle.

    Il signe là un émouvant hommage à la vie, la musique ou encore l'histoire, nous immerge dans ces milieux dansants, et c'est avec un grand plaisir que l'on s'y laisse entraîner. Sa caméra est d'une rare fluidité, il gère à merveille les mouvements de foule et parvient à admirablement jouer avec les couleurs, faisant de French Cancan une suite de tableaux que l'on admire et dans lesquels on se perd.

    Alors tout n'est pas parfait, notamment quelques comédiens (Franco Pastorino surtout) ou le fait que Renoir s'approche parfois un peu trop dangereusement d'un côté guimauve, mais rien de bien préjudiciable non plus. Il parvient à créer une ambiance mélancolique, parfois même émouvante, assez forte et immersive, on se retrouve plongée dans une époque souvent idéalisée, avec en prime de jolis dialogues et quelques réflexions plus qu'intéressantes autour de l'amour, des dilemmes de la vie et du spectacle.

    Renoir parvient à mêler avec grand brio le fond et la forme, où la reconstitution est remarquable et l'oeuvre magnifiée par de passionnants numéros musicaux. Plusieurs séquences en deviennent clairement mémorables, notamment le final et sa profondeur autour de l'illusion de l'amour, alors que le cinéaste français fait preuve d'une touchante sincérité, magnifiant ainsi plusieurs comédiens, Jean Gabin en tête, lui qui bénéficie en plus d'un personnage passionnant.

    Pour son retour en France, Jean Renoir nous plonge dans l'univers des cabarets dans le Paris du début du XXème siècle, proposant ainsi un joli voyage dans des peintures animées, avec une passionnante réflexion autour de l'amour, du spectacle et de la vie.

    https://nsa40.casimages.com/img/2021/07/22/210722041514649002.jpg

    information_upload.png

    Hébergeur : Uptobox
    Qualité : HDLight 1080p x264
    Type : mkv
    Langue :
     Drapeau de la France Français  
    Taille : 2.58 GB

    information_download.png

    https://uptobox.com/omfhwyvrhrqa

    Un partage signé : Chems

    https://medias.unifrance.org/medias/52/252/64564/format_page/media.jpghttps://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/gettyimages-174306800_0.jpg?itok=kuFSsFkUhttps://presbytere.typepad.com/.a/6a00d8354ef92969e201b7c87ba0af970b-pihttp://vintagepics.v.i.pic.centerblog.net/0ae54559.jpg

    Françoise Arnoul


  • Commentaires

    1
    Jeudi 22 Juillet à 16:20

    La belle Françoise Arnoul s'en est allée au paradis des actrices. Elle avait beaucoup de grâce, mais c'était aussi une excellente actrice

      • Jeudi 22 Juillet à 16:42

        Beaucoup d'actrices françaises étaient excellentes, mais elles avaient le défaut (complexe) de se faire toutes petites face aux américaines ... Certaines américaines qui n'avaient pas leurs niveaux.

    2
    Jeudi 22 Juillet à 17:07

    Oui, mais ensuite vint Bardot qui n'avait aucun complexe et qui mit l'Amérique à genoux !

      • Jeudi 22 Juillet à 17:12

        Françoise Arnoul, techniquement parlant, comme actrice, est bien meilleure que Bardot. C'est mon avis ..

      • Vendredi 23 Juillet à 07:36

        oui, je suis d'accord, Bardot ne pouvait jouer que Bardot, c'est vrai, et le nombre de ses bons films se comptent sur les doigts de la main. Mais outre qu'elle est un personnage, elle est bouleversante dans La vérité que je viens de revoir et que j'ai commenté sur mon blog - je posterais le 29. Françoise Arnoul était la plupart du temps excellente, elle pouvait tout jouer. Dans ses mémoires le seul film que Bardot commente c'est La vérité. Pour le reste je crois qu'elle s'en foutait du cinéma

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter